Navy Blue – Song of Sage: Post Panic!

Des artistes atypiques dans le milieu hip-hop ? Nous pourrions en citer probablement une quantité astronomique. Mais une chose est certaine, dans cette liste il ne serait pas simple de mettre la main sur un artiste aussi unique que Navy Blue. Le natif de Los Angeles ne cesse d’impressionner ces dernières années de par ses qualités indéniables derrière le mic mais également sa patte magique à la production. On a ainsi pu le voir ces derniers temps offrir des beats merveilleux à de très bons artistes tels que Earl Sweatshirt, Mach-Hommy, Billy Woods, MIKE… Sage, de son prénom, est tout simplement devenu l’homme que toute une scène s’arrache. Les sorties majeures de lo-fi hip-hop, jazz rap, alternative rap etc… sans que le nom de Navy Blue ne figure dans les crédits commencent à se faire de plus en plus rares. Dès le début de l’année 2020, Sage a passé un cap particulièrement important avec la sortie de son premier album « Àdá Irin » , un projet de grande qualité qui venait encore un peu plus confirmer l’immense potentiel du bonhomme. Mais le phénomène tenait à nous surprendre une dernière fois l’année dernière avec la sortie de son second album « Song of Sage: Post Panic! » , un projet dont plusieurs semaines furent nécessaires afin de le digérer suffisamment pour en parler comme il se doit. Le rappeur, désormais basé à New-York, est-il encore allé plus loin que jamais avec ce nouveau LP aux très hautes ambitions ?

Revenons sur ces fameuses hautes ambitions évoqués dans l’introduction. Alors que le premier album comportait 11 titres pour une durée de 29 minutes, on passe cette fois-ci à un format bien plus conséquent avec 18 titres pour 53 minutes de musique ! Un challenge donc très intéressant pour la jeune carrière de Navy Blue. Mais la hype va bien plus loin que ça puisque le projet propose un casting tout simplement exceptionnel avec des featurings du légendaire Yasiin Bey, l’excellent Billy Woods, le très prometteur Maxo, l’homme à tout faire Zeroh et des productions signées Evidence, Animoss, Nicholas Craven, Chuck Strangers, Alexander Spit… Tout en sachant que Sage garde bien évidemment la main sur la majorité des beats. Si vous avez un certain degré de connaissance concernant toute cette scène émergente alternative hip-hop qui s’empare de l’underground US depuis quelques années, le programme présenté par cet album ne peut que vous laisser rêveur. Le californien affiche clairement l’ambition de passer un sérieux cap avec ce second opus et d’intégrer directement la cour des grands.

Première chose frappante après l’écoute intégrale de l’album : l’harmonie générale pleine de cohérence qui règne tout au long du projet malgré la présence de nombreux acteurs. On comprend très vite que le casting a été méticuleusement sélectionné afin de pouvoir proposer un long format complètement digeste. Les différentes vibes s’enchaînent de la plus belle des manières, inutile de placer diverses transitions pour préparer l’auditeur à un changement radical, la cohérence est de mise du début à la fin. Navy Blue se charge himself de la majorité des productions de la première partie de l’album. Ce n’était un secret pour personne, mais le jeune talent sait parfaitement faciliter l’immersion totale de l’auditeur dès les premiers tracks. Les sonorités gardent toujours un minimum de similitudes afin de conserver une certaine continuité mais elles réservent toutes leurs petits lots de surprises. Le beat particulièrement powerful de « Memory Lane » sera en mesure de satisfaire les plus songeurs d’entre nous afin d’accompagner leurs innombrables pensées tout en observant le soleil ou bien la lune pour les plus nocturnes. Sage ne se trompe jamais quand vient l’heure de choisir un sample, le titre « Deep Water Blue » aux allures soul peut en témoigner. Cette première partie se conclue par une pépite signée Evidence pour le morceau « 1491 » qui fut par la même occasion le premier single du projet.

Le prodige québécois Nicholas Craven prend la main pour la seconde partie en alignant quatre productions consécutives. Il signe tout d’abord une entrée fracassante avec un sample en totale harmonie avec le projet sur « Sea Bass » . Le producteur se laisse porter par la suite vers des sonorités beaucoup plus brumeuses et abstract, les mêmes qui ont fait, en grande partie, le succès de Navy Blue. Vous l’aurez donc compris, l’aspect production de l’album s’avère être une indéniable réussite et je n’ai cité qu’une minorité des noms, les Chuck Strangers, Animoss… ont tous apporté avec succès un supplément d’âme à l’album. Sage a déjà prouvé mainte fois qu’il n’avait besoin de personne ou presque pour offrir de la musique de la qualité, il a cette fois su choisir les bonnes personnes pour élever encore un peu plus son art. Diffèrent sentiments nous traversent l’esprit tout au long de l’écoute au fil des différentes mélodies, on se laisse porter par des mélodies planantes avant de céder à une montée en pression procurée par des morceaux comme « Certainty » pour enfin faire la paix avec nous mêmes par le biais de tracks tels que « Alignment » ou encore « Enough » . C’est ce qu’on pourrait appeler une immersion totalement réussie.

Concernant la performance rap, Navy Blue garde ses bonnes habitudes. Si vous étiez déjà acquis à la cause du californien, ça ne risque pas de changer avec ce projet. Avec toujours une certaine nonchalance dans l’intonation, Sage donne en permanence la sensation qu’il flotte sur la production. Très similaire au flow de son homie Earl Sweatshirt, Navy Blue remplit les productions sans chercher à en faire trop. Des lines assez courtes qui s’enchaînent à une cadence totalement maîtrisée, des lyrics, qui sans particulièrement tomber dans le storytelling, nous en apprennent toujours un peu plus sur son auteur. Sage parle tout simplement de ses principaux centres d’intérêt. On retrouve régulièrement des références au foot, chose qui a toujours le don de nous surprendre en tant qu’européen venant d’un artiste US.

Ronaldinho how I curve the ball, I’m Ziyech from a distance

Roberto Carlos round the problems, Henry with the finish

Navy Blue – Dreams of a Distant Journey

Pop shots, now the west end

Up front, Vardy in the middle of the city like Leicester

Navy Blue – Post Panic!

Que ça soit dans les textes, les sonorités ou encore les productions, le californien cherche tout simplement à faire une musique qui lui ressemble. Et c’est tout simplement ce détail qui fait de lui un artiste particulièrement unique. Avant de chercher à plaire à une audience particulière, Navy Blue cherche à peindre sa personnalité en musique. C’est une volonté que l’on ressent tout le long de ce nouvel album.

La musique de Navy Blue se veut également assez spirituelle. Durant la quasi totalité du projet, le rappeur évoque souvent sa recherche de paix intérieure. En extériorisant ses doutes et ses troubles, Sage espère se sentir davantage libéré. On le perçoit notamment sur le track « Self Harm » dans lequel le jeune talent laisse paraître, un peu plus qu’à son habitude, ses émotions dans sa voix. En agissant de la sorte, une sincérité encore plus forte se dégage de chacune des paroles. Attention, on ne parle pas ici d’un genre de combat plus ou moins fictif contre une dépression comme ceux que le rap a maladroitement rendu tendance ces dernières années. Ici la posture se veut simple et humble, à l’image de l’artiste. Navy Blue est « seulement » en quête de tranquillité aussi bien sûr le plan moral que physique.

Good health and peace of mind is what I’m trying to get

Navy Blue – Certainty

Ces réflexions sont d’autant plus appuyés par la clarté et la simplicité des textes qui sont mis en valeur bien souvent par une certaine profondeur dans la production. Au fond, encore une fois Navy Blue ne cherche pas forcément à s’adresser aux auditeurs mais plutôt à faire le point avec lui-même.

Un petit mot tout de même pour les featurings du projet puisque Sage s’est clairement donné les moyens à ce niveau là pour nous sortir une œuvre importante. Sans surprise, ça match parfaitement avec Maxo, un autre prodige californien qui devrait faire parler de lui dans les prochaines années. Navy Blue pouvait difficilement sélectionner mieux niveau cohérence au sein de cette scène émergente. Billy Woods, comme à son habitude, apporte un vrai supplément d’âme au projet. Ses qualités de rappeurs sont désormais biens connues et indéniables, mais il a également la faculté de pouvoir s’adapter aux ambiances les plus abstract possibles. Bien évidement, obligation de s’attarder un petit peu sur la présence de Yasiin Bey au sein de l’album. Une présence qui a surpris et hype énormément de monde, très clairement un moment important de la jeune carrière de Sage. L’immense légende new-yorkaise a pris le soin de remercier dans les règles de l’art le jeune californien pour l’invitation avec une performance pleine de maîtrise. Enfin, on retrouve également Zeroh qui est un peu l’homme à tout faire de cette nouvelle scène, on peut le retrouver très souvent au mix des projets, à la production ou comme ici en feat. Sa présence est toujours la bienvenue en terme de qualité.

Avec « Song of Sage: Post Panic! » , Navy Blue réussit totalement son coup en passant un sérieux cap. Relativement dans l’ombre durant la dernière décennie, le californien a profité de cette année 2020 pour se mettre un peu plus en avant en développant avant tout sa carrière plutôt que de venir parfaire celles des autres. Toujours avec une grande sincérité, Sage parvient à se montrer touchant tout en gardant une certaine simplicité qui le caractérise si bien. Impressionnant à la production, renversant derrière le micro, difficile de poser un plafond à sa progression pour le moment. En tout cas, on ne peut que lui souhaiter de trouver cette fameuse paix qu’il poursuit tout le long de ce second opus. Navy Blue dispose de toutes les qualités pour s’affirmer comme un porte étendard de cette scène émergente alternative hip-hop aux côtés du new-yorkais MIKE.

Note : 4 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s