Drakeo the Ruler : à jamais au dessus des lois

Le rappeur californien, Drakeo the Ruler, est incontestablement un des artistes de l’année 2020. Et pourtant, personne hormis lui n’aurait pu prédire ça 12 mois plutôt. Qui aurait pu imaginer qu’il réaliserait un album depuis le téléphone de sa prison ? Et surtout, qui aurait pu anticiper sa libération ? 2020 pourrait bien être le gros tournant de la carrière de Drakeo. Il était donc de ce fait obligatoire pour Gather de revenir sur cette année relativement folle, sur plusieurs points, du californien. Mais pour mieux comprendre ce rappeur tellement atypique et unique, il est inévitable de jeter un petit coup d’œil dans le retro. L’excuse parfaite pour nous de vous évoquer l’ensemble de son œuvre jusqu’à maintenant. Occasion immanquable pour vous de monter dans le wagon avant que l’explosion soit définitive.

Une ascension soudaine

Darrell Caldwell, de son vrai nom, est né en Californie le 1er décembre 1993 et grandira dans le sud de Los Angeles. Il fait sa scolarité du côté de Washington Preparatory High School, un lycée par lequel est notamment passé un certain Ice Cube pour l’anecdote. Pas énormément de choses à dire sur sa jeunesse si ce n’est qu’il a été élevé par sa mère seule et qu’il tombe très tôt dans les vices de la rue. Sa première arrestation ? Il n’était âgé que de 12 ans ce qui lui vaudra un premier passage en détention juvénile. Cet aspect gangster de sa vie aurait pu lui coûter bien des problèmes dont notamment sa liberté à jamais comme nous le verrons un peu plus tard.

Les premières traces de Drakeo dans le rap, auxquelles nous avons accès, remontent au début de la dernière décennie. Bien loin de l’artiste qu’on connaît aujourd’hui, Darrell faisait avant tout dans la trap, particulièrement classique, et bénéficiait d’une assez faible visibilité. Il va drop ainsi plusieurs streets tape avec une grande majorité de trap très éloignée de ses fameuses vibes West Coast qui feront son succès par la suite. De cet era, on peut notamment citer la tape « Nervous Tape » (2013) sur laquelle on retrouve une grosse poignée de bangers et une certaine nonchalance chez Drakeo influencée par la codéine.

Si le rappeur californien était resté dans ce délire, on ne le connaîtrait probablement pas aujourd’hui, du moins en France. Non pas que sa trap n’était pas qualitative, mais ce genre musical était vraiment la vibe qui faisait fureur à l’époque, peu d’originalité donc sans compter le fait que les regards étaient plutôt tournés vers Atlanta pour ce registre. Néanmoins, Drakeo a déjà des bonnes connexions qui vont permettre un premier tournant majeur dans sa carrière. Le MC est notamment connecté avec YG et son frère, ce dernier lui présentera un certain… DJ Mustard qui va tout simplement remixer le morceau de Drakeo « Mr. Get Dough » en 2015. Le californien va dès lors changer de dimension, la première du clip se fait sur WorldStar, les millions de vues s’accumulent… Darrell se révèle aux yeux d’un public beaucoup plus large.

Drakeo continue à faire monter sa popularité, 6 mois après son hit avec DJ Mustard, il sort sur le label de ce dernier sa première tape officielle intitulée « I Am Mr Mosely » . En plus de son premier carton, d’autres morceaux vont raisonner dans les rues de Californie à l’image de « It’s Regular » . Le projet est franchement solide et va venir placer doucement le californien sur la carte hip-hop des USA. L’année suivante, il dévoile la suite avec « I Am Mr. Mosely 2 » . Drakeo se permet déjà d’inviter du beau monde avec la présence de guests tels que Mozzy & G Perico, ou même encore son propre frère Ralfy the Plug qu’on retrouve quasi constamment à travers ses projets.

Ces deux premières tapes sont d’une importance primordiale pour Drakeo. Elles lui permettent de se révéler aux yeux d’un public bien plus large et font de lui un des espoirs les plus prometteurs de la West Coast. Mais surtout, avec ces deux projets, le californien définit son propre style qui deviendra sa marque de fabrique jusqu’à aujourd’hui. Son flow intrigue directement le monde du rap puisqu’il se détache complètement des styles qui cartonnent à l’époque (notamment la trap encore une fois). Darrell dégage une facilité déconcertante, comme si la rime venait simplement à lui sans le moindre effort. Surtout, il ne cherche pas avec sa voix à contrôler la production en suivant traditionnellement le beat comme il est généralement coutume, à l’inverse il va créer un second rythme avec son delivery qui va venir habilement se fondre dans le beat malgré l’opposition évidente entre les deux. On le voit même parfois littéralement s’amuser sur certains tracks où il va alterner entre un rap dans les temps et un kickage hors beat. En fait, Drakeo the Ruler porte bien son nom puisqu’en matière de rap il suit ses propres règles.

Il conclue brillamment cette rapide ascension avec une nouvelle tape fin 2016 intitulé « So Cold I Do Em » . Encore un bon projet qui contient notamment l’un des plus gros succès de sa carrière : « Impatient Freestyle » .

Cold Devil : La confirmation d’un espoir

À travers ces premiers projets, Drakeo avait laissé entrevoir son fort potentiel et surtout son univers particulièrement atypique. En 2017, il va déjà concrétiser avec ce qui est, encore aujourd’hui, la masterpiece de sa carrière : la mixtape « Cold Devil » . Enregistré en seulement 10 jours à sa sortie de prison, le projet sera une véritable claque pour les fans. Certains des médias les plus importants et influents des US (Complex, Pitchfork…) parleront de cette tape comme étant un des projets de rap californien les plus impressionnant depuis des années. Darrell a peaufiné à merveille sa recette et cultive définitivement sa propre vibe. On retrouve dans le projet une bonne poignée de hits à l’image du mémorable « Flu Flamming » . Les guests sont prestigieux et surtout très cohérent avec le délire de Drakeo, avec Greedo ils forment un duo d’une extrême efficacité comme on peut le constater sur le saisissant « Out the Slums » . Même constat lorsque le californien collabore avec le très bon Ohgeesy, les deux feats « Damn Daddy » & « Ion Know Nothing » sont des morceaux majeurs de la tape.

Lyricalement, Drakeo n’est pas particulièrement une référence mais n’en est pas moins divertissant. Il se montre particulièrement drôle sur certaines phases même s’il revient la majorité du temps sur des sujets totalement en lien avec la rue.

All mud in my kidneys, my plug is a gypsy

This a fully automatic, I let my kids hold the semi

Ask god as my witness, I done mud walked in Christians

Drakeo the Ruler – Flu Flamming

All that dick riding’ll get a n***a flipped

Princess cuts on my wrist like an emo bitch

Drakeo the Ruler – Neiman & Marcus Don’t Know You

Un début de carrière instable

Forcément, il existe un hic quelque part, tout ne peut pas être aussi simple. Drakeo a tendance à se retrouver régulièrement dans des histoires particulièrement sombres, à tel point que « Cold Devil » aurait pu être… son dernier projet. Il passe la quasi totalité de 2017 en prison après s’être fait arrêté par la LAPD durant le tournage d’un clip pour port d’arme illégale. Alors qu’il commençait tout juste à se rapprocher du succès à grande échelle à sa sortie avec sa nouvelle tape, il retourne derrière les barreaux seulement quatre mois plus tard, mais cette fois-ci, l’affaire est bien plus sérieuse. Drakeo est tout simplement accusé de meurtre au premier degré dans le cadre d’une fusillade, qui remonte à décembre 2016 du côté de Carson, ayant entraîné la mort d’une personne et des blessures importantes chez deux autres. La sentence semble dès lors inévitable, le californien risque la perpétuité. Dans le même temps, les membres de son crew « Stinc Team » , dont notamment son frère Ralfy the Plug, se font arrêter pour différents motifs d’accusation du côté de San Francisco.

Une lueur d’espoir pointera finalement le bout de son nez le 25 juillet 2019. Drakeo est acquitté des accusations de meurtre et échappe donc à la perpétuité. Néanmoins, la justice ne le laisse pas s’en tirer comme ça et lui redonne des charges notamment d’activités criminelles/gangs ainsi que d’autres concernant encore une fusillade, cette fois-ci non mortelle. Difficile de savoir à l’époque quand Drakeo pourrait retrouver la liberté mais rien ne semblait indiquer une sortie dans un future proche. Et pourtant… La nouvelle tombe soudainement en novembre 2020. Drakeo a accepté un plea deal qui va notamment permettre à sa bande de ne plus être considéré comme un gang aux yeux de la justice et surtout… de le rendre de nouveau libre à la surprise générale. Ce fut une des rares bonnes surprises de cette année 2020. Cependant, difficile de savoir si Drakeo réussira à éviter les galères par la suite tant il semble les attirer. C’est frustrant mais ça fait également parti du personnage.

2020 : Drakeo plus fort que la loi

Bien qu’il ne fut libéré qu’en novembre, Drakeo a tout simplement marché sur 2020 du début jusqu’à la fin. Son incarcération ne l’a pas empêché de se montrer productif… et même de nous offrir des titres fraîchement enregistrés. La course commence en mars avec la sortie de la compilation « Free Drakeo » . Un regroupement de morceaux datant pour la majorité de 2016 et 2017 dont une partie était déjà connue du public. Néanmoins, ce fut déjà un grand plaisir de pouvoir réécouter un projet de Drakeo trois années après son dernier. On relève une fois de plus des noms de qualité tels que Maxo Kream, 03 Greedo, Rio Da Yung OG, SOB X RBE… Sans que nous le sachions, Darrell nous chauffait doucement pour la suite…

En juin 2020, Drakeo dévoile un des projets rap qui fera, ni plus ni moins, le plus parler de l’année : « Thank You For Using GTL » . Une tape dont la qualité divisera beaucoup mais difficile de rester neutre face à la prouesse du californien pour enregistrer ce projet. Le rappeur a tout simplement record depuis le téléphone de sa prison, d’où le titre du projet, GTL étant une compagnie détenant la majorité des téléphones dans le milieu carcéral américain. Malgré une qualité sonore de piètre qualité et un temps d’appel forcément limité, Drakeo est parvenu, à l’aide du producteur JoogSZN, à réaliser un véritable projet complet et rien que ça représente déjà une sacrée performance. Pitchfork a d’ailleurs qualifié la tape comme étant le meilleur projet ever étant réalisé depuis une prison.

À travers ce projet, Drakeo fait plus que jamais dans le gansta rap, et parviendrait presque avec JoogSZN à nous faire oublier les conditions déplorables d’enregistrement. Il renforce l’immersion en laissant le message automatique de GTL durant l’usage du téléphone « This call is being recorded » . Le californien a réalisé un album gangsta rap à sa manière, une fois de plus sans tenir compte des coutumes.

Stead you hit him and his friends

Then post it all on Instagram

You think this Grand Theft Auto, huh?

You off ten different pills

Then cryin’ ’bout, « Why I’m up in jail? »

‘Cause this ain’t Grand Theft Auto, foe

And now you cryin’ ’cause he told

Your killer went out like a ho

GTA VI

Forcément, Drakeo ne peut pas vraiment profiter du succès, ou du moins du buzz (vous pouvez même trouver des articles concernant ce projet sur des médias français comme LCI, c’est dire le délire), puisque la réalité de la prison le rattrape directement. On aura malgré tout pu l’entendre durant l’été sur l’album de ses fidèles homies, la Shoreline Mafia, « Mafia Bidness » avec le titre « Hold On / Musty Freestyle » .

On était dès lors persuadé que l’année 2020 de Drakeo était terminée, c’était sans compter sur cette fameuse bombe début novembre avec sa libération. Dès sa sortie, Darrell ne perd pas de temps et annonce la sortie très prochaine de sa nouvelle mixtape « We Know The Truth » qu’il s’empresse d’enregistrer. Après plusieurs faux espoirs, c’est finalement le 1er décembre, jour de ses 27 ans, que le rappeur dévoile son nouveau projet.

Bien qu’il soit encore trop tôt pour avoir un avis pleinement construit sur ce nouveau projet, « We Know The Truth » vient marquer clairement un retour en grande forme de Drakeo après trois longues années d’emprisonnement. Il reste toujours aussi atypique et charismatique à la fois. Malgré la durée très courte de l’enregistrement, le rappeur a eu le temps de réunir un casting de premier choix : ALLBLACK, Lil Mosey, Tee Grizzley, Rich The Kid, Lil Yachty, Rio Da Yung OG, RMC Mike… et comme à son habitude une armée de producteurs pour venir dessiner les vibes West Coast qui viennent accompagner son flow déroutant.

Dès l’intro, Drakeo nous plonge dans l’ambiance avec une entrée épique dans laquelle il remet les choses au clair quelques semaines après sa sortie de prison.

First off, we are not the same, n***a

I ain’t never ever tucked the chain, n***a

I’on care if it was Deebo in front of me

I’m the ruler, I’m the don that’s some runner shit

We double park ’cause it’s finna get violent

Drakeo the Ruler – We Know The Truth

Le projet contient un grand nombre de bangers percutants qui viennent rendre l’écoute d’autant plus facile. On peut prendre l’exemple de l’excellent « Fight Don’t Matter » qui avait été dévoilé avant en tant que single.

Let me guess, this why all you n****s mad at us

‘Cause we kept the street code and we got our fanbase up

Drakeo the Ruler – Fight Don’t Matter

Globalement, le projet semble déjà avoir brillamment séduit la majorité des fans de Drakeo. Ce dernier semble ne plus vouloir perdre une minute désormais et enchaîne les clips pour promouvoir la tape. 2021 devrait être une année de très forte activité pour The Ruler.

Drakeo n’était clairement pas un artiste qu’on attendait en 2020 étant donné sa situation compliquée. Pourtant, il est ni plus ni moins un des hommes de l’année tout en ayant, encore une fois, passé seulement deux mois en liberté. Bien que sa popularité ne soit pas encore vraiment ce qu’elle devrait être, le californien peut déjà se targuer d’avoir la reconnaissance des médias musicaux majeurs du pays. C’est amplement mérité pour le rappeur qui a suivi ses propres règles depuis le début de sa carrière. En s’éloignant des courants musicaux en vogue, Drakeo a fait de son propre style une tendance dans le rap qui ne cessera de prendre de l’ampleur durant les prochaines années. En attendant, savourons car l’homme au dessus des lois est enfin libre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s