21 Savage & Metro Boomin – Savage Mode 2

On commençait à ne plus y croire et pourtant le grand jour est enfin arrivé. Quatre ans plus tard, les deux phénomènes d’Atlanta, 21 Savage & Metro Boomin, livrent une suite à l’un des projets collaboratifs les plus iconiques de la dernière décennie : Savage Mode. Concrètement, ce projet n’avait pas forcément d’aspects particulièrement révolutionnaires, c’est avant tout un mood général qui se dégageait. Une génération d’auditeurs toute entière a été marqué par la noirceur & la violence diabolique que renfermait cet album. Depuis cette époque, les statuts des deux artistes ont changé drastiquement, une petite appréhension chez les auditeurs se faisait d’ailleurs ressentir à l’annonce de la préparation d’un second volume. Metro se veut beaucoup plus en retrait que par le passé, ses apparitions se font rares, l’omniprésence de l’artiste est désormais bien loin. 21 s’est lui ouvert à un public un peu plus large de fort belle manière avec son dernier album « I Am > I Was » , grappillant même un grammy au passage. Le duo infernal était-il vraiment en mesure d’offrir une suite honorable au classique « Savage Mode » ? Les deux hommes ne sont-ils pas désormais trop mainstream pour rester cohérents dans ce mood ? Le public était-il prêt à ressortir ses paires noires de Nike Air Force 1 ? Tant de questions envahissaient les esprits à l’approche de cette sortie événement. Aujourd’hui, il est temps de fournir des réponses.

Suite très attendue, hype croissante à chaque post de teasing, on s’attendait à une introduction mémorable pour lancer l’album. Et ce n’est autre que l’immense Morgan Freeman qui se charge d’introduire, de manière très théâtrale, le duo magique. L’acteur s’efface laissant place à un petit sample bien sympa qui vient se fondre parfaitement dans le décor derrière des drums surpuissants accompagnant l’entrée fracassante de 21 Savage. Dès ses premières lines, moment important puisque le rappeur nous fait comprendre que ce projet sera sensiblement différent du premier, le mood affiché aujourd’hui ne correspond plus particulièrement à « Savage Mode » .

Called the first one Savage Mode, my mood, that’s what it was (21)

2016, we was ridin’ around, beatin’ n****s up in the club

21 Savage – Runnin

Sur « Runnin » , 21 conserve malgré tout une certaine part d’obscurité en faisant référence à ses opps. L’intonation est plus posé qu’en 2016 mais le savage mode reste malgré tout activé par intermittence.

Runnin’, runnin’, all my opps be

Runnin’, runnin’, runnin’, runnin’

Runnin’, runnin’, wipe his nose, it was

Runnin’, runnin’, runnin’, runnin’

Runnin’, runnin’, Savage never did no

21 Savage – Runnin

Dès le track suivant, « Glock in My Lap » , on bascule sur une trap bien dark avec une très grosse prod évolutive. C’est aussi typiquement sur ce genre de vibe qu’on attendait Metro en 2020 sur un projet collab avec 21. Ce dernier monte parfaitement en intensité tout au long du morceau. Le rappeur reste toujours menaçant dans ses lyrics en continuant à se diaboliser.

Say you want smoke, but the fire come with it

Money on your head, n***a, we’ll come get it

21 Savage – Glock in My Lap

On retrouve tout de même un certain nombre de morceaux susceptibles de nous rappeler l’ambiance du premier volume. Des titres qui sont donc plus ouvertement orientés vers la « trap classique » d’Atlanta de cette dernière décennie. C’est par exemple le cas sur « Slidin » ou encore « Many Men » . Ces séquences demeurent toujours très efficaces, Metro Boomin n’a clairement pas à forcer le talent pour être à la conception de ce type de beat tandis que 21 se joue de ces ambiances glauques pour mettre en avant sa street credibility. Non « Savage Mode 2 » n’est pas aussi sombre que son prédécesseur, mais il n’empêche qu’une certaine violence se dégage malgré tout des couplets endiablés de 21.

Lookin’ for the opps, they been hidin’

I grew up ’round drugs, sex, and violence

We turnt off they street, we heard sirens

Since a juvenile, I been wildin’

Chrome Heart jeans got me stylin’

Said he wanted smoke, now he joggin’

While you was in college I was robbin’

21 Savage – Slidin

En plus d’avoir pu placer Morgan Freeman sur l’intro, le duo se paye le luxe de profiter du talent de l’immense personnage pour le storytelling entier du projet. Un move qui vient renforcer l’aspect iconique de l’album. Ce choix judicieux nous offre quelques séquences déjà mémorables comme lorsque l’acteur nous explique soigneusement la différente entre une snitch et un rat. Une petite transition street culture très appréciable.

A « snitch » is someone minding other folks’ business

To find information they can sell for a price or trade for some other form of compensation

A « rat » is a traitor, a conceiver, planner, or physical participator

He doesn’t sell secrets for power or cash, he betrays the trust of his team or his family hoping to save his own cowardly ass

Morgan Freeman – Snitches & Rats

Ce petit discours plein de charisme laisse place à un puissant banger trap, un vrai sentiment d’urgence se dégage de cette production soigneusement concoctée par Metro. 21 se lâche vraiment sur ce track en marquant des vrais temps d’accélération dans son flow. Son cousin, Young Nudy, délivre comme à son habitude une performance de très haut niveau en totale cohérence avec l’atmosphère du titre. Avec ce morceau, le Savage Mode est plus que jamais activé, 21 part à la guerre et met de côté les sentiments.

You talk on the internet, we talk in the street (21)

Kel-Tec .223, like D-Wade, I love my heat (21)

Glock 19 in the booth, it’s on the seat (Pussy)

Black Air Force 1s in the field, thеm my cleats (Pussy)

21 Savage – Snitches & Rats

Cet aspect pur banger trap on le retrouve sur quelques autres morceaux tels que « Brand New Draco » ou encore « No Opp Left Behind » . Bien que nous verrons par la suite que Savage Mode 2 propose aussi des vibes radicalement différentes de son prédécesseur, Metro & 21 se sont assurés de maintenir une certaine noirceur par le biais de quelques titres habilement répartis à travers le projet. Cependant, même dans les morceaux particulièrement agressifs, le rappeur d’Atlanta commence déjà à un peu varier les sujets abordés. Dans le track « My Dawg » , il revient à plusieurs reprises sur les problèmes qu’il avait rencontré avec la ICE début 2019, l’affaire avait fait un sacré boucan sur internet à l’époque.

I ain’t know nothin’ ’bout no Visa, I was in the park with the gang

Moms be feelin’ bad, I try to tell her she is not to blame

No social security, couldn’t get a license, but I still didn’t complain

I went and got it, I ain’t ask for no handout

21 Savage – My Dawg

N***a keep talkin’ that U.K. shit like I don’t got AKs (21)

Like, ’cause I was born overseas, these motherfuckers ain’t gon’ spray-spray (The fuck?)

Pull up in your hood, n***a, 9-1-1, y’all better call mayday (Brr, pow, pow)

21 Savage – My Dawg

Comme l’a sous entendu 21 Savage dès les premières lines de l’album, « Savage Mode » a été conçu dans un mood bien particulier entouré par un certain contexte. Aujourd’hui, le rappeur & Metro Boomin ont évolué aussi bien sur le plan artistique que humain. Il était donc prévisible de trouver des vibes différentes sur ce deuxième volume. Cette diversité arrive finalement très vite dans l’album puisque dès le quatrième track, « Mr. Right Now » , un doux parfum de nostalgie se disperse par le biais d’un sample délicatement glissé en fond. On est sur un rythme bien plus entêtant auquel Drake vient apporter sa petite touche très efficace. Nouvelle surprise sur le morceau suivant. Pour « Rich N***a Shit » , Metro a concocté un beat des plus chill avec presque des faux airs de lo-fi hip-hop. La présence de Young Thug sur le titre match idéalement avec cette ambiance particulièrement apaisante. 21 se laisse prendre au jeu en faisant dans le luxury rap.

Saint Laurent the only thing I put on my back

Off-White jeans look like cooked crack

I call the Porsche stomach ’cause the shit snatch

Gave my girl a dub, now her butt fat

You might take your women to the Louis store

My bitches be askin’, « Where’s Chanel at? »

I know you see them crosses, yeah, that’s Chrome Hearts

21 Savage – Rich N***a shit

Le duo n’hésite pas à aller plus loin comme dans le track « Steppin on N****s » , une ambiance westcoast qui se détache totalement du reste de l’album. Un beau petit clin d’œil au passé ensoleillé du hip-hop qui vient une fois de plus rappeler l’immense palette de Metro Boomin. 21 se révèle à l’aise sur le refrain même s’il faut reconnaître que son delivery ressort peut-être un peu moins bien dans ce registre. À mon sens, la pépite de Metro sur cet album n’est autre que la production aérienne de « RIP Luv » . Une vraie merveille de beat cloud / chill, en collaboration avec le producteur Zaytoven, qui nous transporte en quelques secondes. 21 pose à merveille sur cette dynamite et plane à nos côtés. L’ambiance étant très éloigné du « Savage Mode » , le rappeur ne se trouve pas forcément dans sa zone de confort lyricalement, on se rapproche d’un « Savage Love » par moment.

I had your back, you put a knife in mine (Now I’m scarred)

If you was finna lose your life, I woulda gave you mine (On God)

I sit back and reminisce sometimes (Just be thinkin’, you know, ’bout the old days)

I used to drink my syrup while you drank your wine (My old ways)

21 Savage – RIP Luv

L’outro de l’album, « Said N Done » , vient également apporter un peu de diversité au projet avec une vibe assez apaisante. Une douce mélodie qui se prêterait parfaitement à la BO d’un animé. 21 s’adapte habilement à cette prod avec un flow particulièrement posé, le rappeur en profite aussi pour se livrer un peu plus qu’à son habitude afin de venir fermer un nouveau chapitre de sa carrière.

Can’t wait ’til they free Turk, Mr. Push-Your-Shit-Back

Rest in peacе to Larry, Johnny B, and Tay, man

Swear I had a rough past, feel like I grew up fast

Go to war about my dawgs

Yeah, the ones who pick me up whenever I fall

All the pain I endured just to ball

I’d give this shit away to be with y’all

21 Savage – Said N Done

« Savage Mode 2 » est un vrai beau projet qui divisera tout de même les auditeurs, notamment pour sa diversité. Certains fans absolus du premier volume espéraient retrouver la vibe morbide sur tout le long de l’album mais on ne retrouve finalement que partiellement la mentalité savage mode. Ceux qui sauront faire abstraction du titre ou bien de l’atmosphère instaurée par l’opus précédent se régaleront. 21 Savage & Metro Boomin ont bien évolué mais parviennent à retrouver leur formidable cohésion peu importe le registre utilisé. Les deux artistes s’affirment définitivement comme l’un des duo hip-hop les plus importants de ces dernières années et viennent un peu redorer la trap mainstream d’Atlanta qui n’était pas forcément au mieux ces derniers mois. Seul le temps pourra nous dire si SM2 parviendra à marquer son époque. En attendant, il s’ajoute à la longue liste des albums de qualité sur l’année 2020.

Note : 4 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s