Boldy James – The Versace Tape

Déjà auteur d’une année 2020 d’exception, Boldy James passe un nouveau cap avec son premier projet au sein du prestigieux label Griselda Records. Une étape attendue déjà depuis plusieurs mois par les fans. Une surprise de taille au rendez-vous : le très célèbre Jay Versace à la production de la totalité du projet.

Quelques mois auparavant, à l’occasion du Griselda Tour, Westside Gunn profitait du passage à Detroit pour une petite annonce choc à l’échelle de l’underground : la signature de Boldy James chez Griselda Records. Une recrue XXL parfaitement compatible avec la bande de Buffalo. Néanmoins, les semaines et mois se passèrent sans donner une réelle suite à cette annonce. Ce n’est qu’en juillet où le rappeur de la Motown se verra symboliquement remettre une chaîne du label venant officialiser sa signature. L’annonce du premier projet survint dans la foulée : « The Versace Tape » avec WSG en producteur exécutif et… Jay Versace à la production du projet entier! Une belle surprise concernant le dernier, Jay ayant auparavant produit uniquement des morceaux, dont « Versace » sur l’album « Pray For Paris » , mais jamais l’intégralité d’un projet. Une association franchement hypante sur le papier qui vient, de plus, lancer un nouveau run de la part de Griselda Records puisque tous les autres membres du label sortiront un projet dans les semaines qui suivent.

Pour cette première, prime à l’efficacité. Une mixtape de dix titres pour une durée de « seulement » 23 minutes. Concernant les guests, on retrouve à 100% la touche Griselda avec les affiliés Elcamino & Keisha Plum sans bien évidemment oublier le patron, Westside Gunn. Dès l’introduction du projet, nous sommes plongés dans les thèmes que nous pouvions facilement imaginer pour cette tape : gangsta life & luxe. Pour ce faire, on a le droit à un petit news report, datant d’il y a deux ans, rapportant le vol d’une paire de lunettes Cartier en pleine journée dans une station de service de Detroit. L’ambiance du projet est parfaitement installée : argent, crimes, Detroit, luxe… Bienvenue dans la Versace Tape.

Après cette petite introduction, priorité à la musique. Place à la douceur d’entrée avec une ambiance très jazzy encore plus adoucie par la nonchalance qui se dégage du delivery de Boldy James. Le rappeur ne perd pas de temps à célébrer ses débuts chez Griselda Records avec quelques petites références bien placées :

West told ’em pray for Paris, London, and Tokyo

Gave ’em teapot in China, now we shinin’ in Kosovo

Rien de révolutionnaire sur ce titre, bien au contraire, on retrouve un Boldy sur ces sujets de référence : drogues, métaphores, réflexions sur l’argent…

Man make the money, money don’t make the man

Man make the money, money’ll break a man

Un morceau qui se veut au final atypique au sein de ce projet, du moins sur l’aspect production. Jay Versace se fait grandement plaisir par la suite avec une pluie de samples riches et variées. Certains sont particulièrement classiques avec des voix féminines en fond à l’image des tracks « Nu Wave » et « Bentayga » alors que d’autres nous entraîneront dans des univers plus originaux à la manière de « Cardinal Sin » et son jeu autour du vocodeur pouvant sensiblement nous rappeler Earl Sweatshirt & les sLUms.

Cependant, un problème se fait assez rapidement ressentir. Nous avons la fâcheuse tendance à vite tomber dans la répétition avec « The Versace Tape » . D’une part par l’usage des samples de Jay Versace mais aussi, et surtout, par le flow monotone de Boldy qui peine à nous faire vibrer en accompagnement du rythme relativement calme imposé par les productions. Bien heureusement, certains morceaux se détachent un peu de la tendance globale de la Tape. Grosse mention pour le track « Brick Van Exel » dont le beat planant vient nous inspirer le luxe de par ses petits scintillements. L’outro « Roxycontin » se démarque également avec une atmosphère typique Griselda Records : une pluie d’Ad-Libs, une production propice à un verse de WSG…

La collaboration avec Elcamino se révèle un minimum atypique. Sur une production minimaliste, contenant une petite mélodie nostalgique jouée au piano, Boldy fait équipe avec le rappeur de Buffalo qui n’hésite pas, à notre grande surprise, à pousser la chansonnette à la fin de son couplet. Une tentative qui fera des heureux… ou pas.

Au niveau des lyrics, on pouvait s’attendre à davantage de luxury rap. Finalement, Boldy James reste dans sa, plus ou moins, zone de confort avec du très bon coke rap / gangsta rap. Comme très souvent, le MC revient en long et en large sur son background et sur la difficulté de grandir dans les quartiers difficiles de Detroit.

Could’ve got us all jammed, but lucky he ain’t live to tell it

We dyin’ in prison, the only thing a nigga dreadin’

Told him I was gon’ kill him, he ain’t believe me when I said it

Let’s get it

On the east side in the trenches, we call it Die-troit

Part of the city I’m from ain’t nothin’ like yours

No offence, when niggas needed work, I must sold ’em bricks

On the run from that federal cell in the country

Where I’m from, if you ain’t dead or in jail, then you lucky

Le label Griselda Records est incontestablement au prime de sa notoriété. L’ajout de Boldy James parmi ses rangs ne pourra qu’être bénéfique pour l’avenir. Bien que relativement basique / répétitif, « The Versace Tape » demeure un projet solide, d’autant plus qu’il s’agit d’une première pour Jay Versace. Il est également bon de rappeler que le rappeur de Detroit avait déjà sorti deux projets de très très haut niveau dans l’année et, donc, que cette Tape souffre un minimum de la comparaison. Le grand run d’été du label de Buffalo commence en douceur et parvient, d’entrée, à nous mettre efficacement en appétit pour la suite.

Note : 3.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s