Mach-Hommy – Mach’s Hard Lemonade

Après une décennie, d’une qualité presque irréelle, avec une quasi trentaine de projets à son actif, l’iconique MC d’origine haïtienne signe son retour avec le très teasé « Mach’s Hard Lemonade » . Un album qui vient, d’une certaine manière, célébrer la grande première partie de carrière de l’homme masqué. Au top de sa notoriété, pas question pour autant de venir chambouler une recette méticuleusement travaillée au fil des années.

Le mystère concernant la sortie du projet aura été une bonne promotion. Les faux espoirs furent nombreux ces dernières semaines. Entre préventes physiques sans informations supplémentaires ou encore diverses rumeurs et théories, on commençait à craindre fortement la naissance d’un album de plus, venant de Mach-Hommy, absent des plateformes de streaming. Mais, encore une fois, le rappeur du New-Jersey a passé un sérieux cap de popularité ces derniers mois, la parution sur les plateformes de streaming de ses deux derniers projets, sortis l’année dernière, n’y est sans doute pas anodine. On imagine donc de plus en plus difficilement le phénomène haïtien cherchait à tout prix de rester le secret bien gardé d’une fanbase totalement dévouée à lui. Son fidèle compère, Your Old Droog, a bien cerné cette explosion de notoriété et ne s’est clairement pas gêné pour s’amuser avec sur les réseaux sociaux en faisant saliver les fans (du moins, ceux qui ne sont pas bloqués).

Ajoutez à cela une rencontre avec le légendaire Jay-Z, immortalisée en photos, et surtout les rumeurs insistantes concernant une collaboration entre les deux hommes. Finalement, pas de Jigga sur la tracklist mais les fans espèrent encore la surprise pour la fameuse version Deluxe qui est actuellement en pré-vente physique. Cette rencontre iconique n’aura cependant pas été inutile, loin de là. C’est en partenariat avec Roc Nation que « Mach’s Hard Lemonade » sort sous forme d’exclusivité (temporaire) Tidal. Un coup marketing intéressant à une époque où l’exclusivité et la rareté peuvent donner une dynamique nouvelle à votre produit. Une opération qui renforce également cette sorte « d’affiliation » entre Mach-Hommy & Hova. N’ayant aucune présence sur les réseaux sociaux, le MC masqué s’est trouvé des excellents relais de communication via cette stratégie, Tidal ayant même réussi à organiser un « question/réponse » avec lui.

Concentrons-nous désormais sur l’album. Pas particulièrement de surprise dans l’équipe réunie par Mach-Hommy sur cet album. On retrouve ses deux compères de toujours, Tha God Fahim & Your Old Droog, avec qui l’alchimie est toujours au rendez-vous. Présences également du grand Earl Sweatshirt ainsi que de son homie Navy Blue, une doublette qui a déjà collaboré sur un projet entier avec l’artiste haïtien à l’occasion de « Fete des Morts aka Dia de las Muertos » . En ce qui concerne la production, l’excellent Preservation s’occupe de la moitié de l’album tandis que le Quebecois Nicholas Craven ainsi qu’Earl & Fahim se chargent des autres beats. Dès lors, tous les ingrédients semblent réunis pour proposer un condensé de ce que le MC du New-Jersey fait de mieux depuis des années. Alors oui, étant donné l’importante campagne de promo pour ce projet, nombreux sont ceux qui espéraient quelques surprises pour cet album évènement à l’image du potentiel featuring avec Jay-Z. Mach-Hommy est resté malgré tout fidèle à ces principes sur ce point bien qu’il faut rappeler qu’une version Deluxe sortira.

S’attaquer à l’analyse d’un projet du Dump GOD n’est jamais chose aisée. On pense bien trop souvent pouvoir tout comprendre, à tort, avec ce type d’artistes, il est plus sage de savoir éviter la surinterprétation. Une morale qu’on serait pourtant bien tenté de laisser de côté dès l’introduction dans laquelle Mach-Hommy débarque, avec beaucoup d’intensité dans son flow, sur des sonorités épiques orchestrés par Preservation. Le rappeur ne cherche pas particulièrement à trop en faire et reste, comme à son habitude, très authentique en rappelant qu’il n’est pas comme les autres, ne fait pas d’interview… On peut, à mon sens, difficilement parler d’une atmosphère générale se dégageant de l’album ni considérer l’écoute du projet comme une « expérience » . Comme évoqué déjà plusieurs fois dans cette review, le MC nous délivre ici une version plus mature, dans un certain sens, des sonorités qu’il a réalisé par le passé. Un aspect célébration fortement amplifié par le track « Photocopy Sloppy (Dump Fraud) » dans lequel Mach-Hommy parle simplement, sur une production d’Earl Sweatshirt, en s’adressant à ses supporters et au monde entier le tout accompagné par des feux d’artifice. Une manière de saluer une carrière déjà rondement menée ? Libre à chacun d’en faire son interprétation.

Ce petit break à la moitié de l’album n’est bien évidemment en aucun cas la seule surprise de l’album. On ne s’ennuie vraiment pas durant l’écoute, des éléments viennent sans cesse nous surprendre. À ce titre, c’est un grand oui pour le couplet délivré en créole haïtien au début du morceau « Clout Dracula » (Remix) » . Néanmoins, ne comptez malheureusement pas sur nous pour en faire la traduction. Autre détail surprenant (mais finalement pas tant que ça), Mach-Hommy et Fahim qui troll gentiment Westside Gunn, en reprenant ses Ad-Libs, dans « Smoked Maldon » . Certains fans prétendent même repérer de multiples diss envers la team Griselda tout au long de l’album mais petit rappel de la règle principale : on évite la surinterprétation… pour cette fois.

Bien qu’on aurait éventuellement pu espérer un projet un peu plus long ou alors une poignée d’expérimentations supplémentaires, l’efficacité de l’artiste haïtien fait mouche. Il se montre toujours aussi à l’aise sur des registres assez « abstract » à l’image de son feat avec Earl sur « Soon Jah Due » . Un effet de grésillements en fond vient nous donner une impression de transmissions difficiles durant les couplets du morceau, le genre de délire qui fait le bonheur de ces deux artistes. On a le droit à des séquences également plus chill tel que « Marshmallow Test » et son sample, merveilleusement choisi par Nicholas Craven, venant aérer de fort belle manière les couplets. Ambiance davantage jazz sur le morceau suivant, « Smoked Maldon » , un univers dans lequel Mach-Hommy a toujours su se mettre parfaitement en valeur.

La médaille de la plus grosse claque sur les premières écoutes revient à « Pour House » , on y assiste à une succulente démonstration de back & forth de la part du Dump GOD et de Your Old Droog. Le level est, pour le coup, vraiment très élevé, Mach-Hommy en profite d’ailleurs pour remettre certaines pendules à l’heure.

Quand le MC du New-Jersais ne crache pas son flow, il chante des mélodies entêtantes qui s’avèrent honnêtement très catchy. Le meilleur exemple étant probablement les quelques séquences chantées de « Squeaky Hinge » qui se révèlent très appréciables. L’album se conclue d’une très belle manière avec les sonorités entrainantes de « NJ Ultra » . Mach-Hommy nous emporte une dernière fois dans ses couplets millimétrés sur une production de Tha God Fahim. C’est une fois ce dernier morceau terminé qu’on réalise seulement la facilité déconcertante avec laquelle nous avons pu enchaîner ces neufs nouveaux tracks.

L’attente fut longue et même parfois agaçante, en raison du manque d’informations, mais la limonade s’avère aussi savoureuse qu’annoncée. Bien que j’espérais peut-être une durée un peu plus importante, l’efficacité diabolique de Mach-Hommy vient rapidement balayer tout ces regrets. « Mach’s Hard Lemonade » ne laisse présager que du positif, de la part du rappeur haïtien, pour cette nouvelle décennie. À commencer par des surprises dans la version deluxe du projet ? We’ll see…

Note : 4.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s