Curren$y & Harry Fraud – The OutRunners

L’emblématique rappeur de Louisiane est de retour avec, déjà, son sixième projet de l’année. On le retrouve en très belle compagnie en la personne du très bon Harry Fraud. Ce duo a déjà prouvé sa bonne alchimie plusieurs fois par le passé à l’image des très bons projets « The Marina EP » ou « Cigarette Boats » . Place désormais à « The OutRunners » .

Nous pouvions être en droit d’avoir des attentes relativement élevées pour le retour de ce duo très efficace. D’autant plus que nous étions en présence d’une tracklist extrêmement prometteuse sur le papier, neuf titres avec des guests prestigieux : Wiz Khalifa, Rick Ross, Conway the Machine & Jim Jones.

Et ce n’est clairement pas la sortie du single, quelques jours avant l’album, « 90′ IROC-Z » qui allait faire baisser la hype. Un Curren$y qui crache son flow sur une production aux allures mélancoliques et nostalgiques accompagnées par une petite touche jazzy succulente. Pour couronner le tout, un Wiz Khalifa dans une forme olympique. L’occasion de nous rappeler que Spitta a toujours le lifestyle le plus cool de la Nouvelle-Orleans.

Six bad bitches coming to the yard to tan (Yeah, yeah)

I had 28 grams of weed in the plane (In the plane)

I came out on top, n***a I’m the man (I’m the man)

In the drop top, Mr. Nice Watch (Yeah, yeah)

Pas de concept révolutionnaire pour ce projet mais une recette qui demeure toujours aussi efficace. Les samples sélectionnés par Harry Fraud collent à merveille au OG flow de Curren$y. Globalement, les atmosphères nous plongent dans une ambiance assez « retro » , le producteur utilise pour cet album la même approche que pour son dernier projet collaboratif avec Meyhem Lauren intitulé « Glass 2.0 » . Ce style colle parfaitement à Spitta & son delivery très régulier. Le MC crache littéralement son flow, avec une certaine aisance, sur les neufs morceaux.

Bien évidemment, on distingue malgré tout plusieurs univers assez différents au sein du projet. Comme on pouvait s’y attendre, la production pour le titre « Riviera Beach » , en featuring avec Conway, est un modèle typique de boom bap, une ambiance propice à une démonstration de coke rap. À l’inverse, l’outro du projet, « Pounds of Paper » , se veut bien plus apaisante, l’atmosphère reposante qui se dégage de ce titre fait ressortir à merveille l’aisance avec laquelle Spitta délivre ses couplets.

Mon highlight de l’album reste, de manière assez incontestable, l’excellent featuring avec Rick Ross intitulé « Mugello Red » . Sur un beat brumeux donnant naissance à un fascinant & intriguant, la légende de Miami & Spitta combinent merveilleusement bien dans un luxury rap de très grande qualité.

Jet Life Establishment, Rolexes and whips, palaces extravagant

We hustled for all of this

Une collaboration plus que symbolique avec Rick Ross puisqu’il s’agit d’une des inspirations majeures de Curren$y comme il le rappelle dans « Cutlass Cathedrals » sur une merveille de sample :

I want the Rozay crib, this n***a rich

He got whips in garages organized by colors and shit

I was inspired by this

La qualité moyenne du delivery des guests sur « The OutRunners » est très élevée. Des OG bars de Jim Jones à la prestance gangsta de Conway en passant par le rap mafieux de Rozay, le niveau est remarquable. Curren$y & Harry ont fait preuve d’une grande pertinence en sélectionnant les invités du projet. Toutes ces performances permettent une ambiance globale cohérente & majestueuse.

On pourrait être parfois tenté de pointer du doigt l’hyper-productivité de Curren$y. En effet, le rappeur de Louisiane a pu sortir cette année quelques projets en dessous de son rendement habituel, néanmoins avec « The OutRunners » il nous rappelle sa capacité à pouvoir sortir un éclair de génie dans n’importe quel contexte. Cet album vient sans problème se placer très haut au sein de sa discographie, sans doute son meilleur depuis des années. Concernant Harry Fraud, le producteur continue à se montrer en très grande forme cette année après un album très abouti avec Meyhem Lauren, il semble se rapprocher de ce qui pourrait être son prime. Sa collaboration à venir avec Benny the Butcher viendra probablement apporter une réponse définitive à cette théorie.

Note : 4 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s