FKA twigs : analyse d’une virtuose nécessaire.

I thought, that if I was anything less than perfect I was going to be completely torn apart publicly.

Il est difficile de définir FKA twigs autrement que par cette phrase, prononcée par elle-même lors d’une interview pour i-D en septembre 2019. C’est en effet par cette recherche éperdue de la perfection que la virtuose anglaise s’est établie comme l’artiste féminine la plus talentueuse de sa génération. Il lui aura suffi de deux albums, LP1 (2014) et Magdalene (2019) pour figurer dans tous les classements de fin de décennie des plus grands médias musicaux.

Pourtant, rien ne destinait Tahliah Debrett Barnett à devenir le génie que nous connaissions aujourd’hui. Délaissée rapidement par son père, elle vit une enfance difficile à Cheltenham en Angleterre. Très vite, elle intègre une école catholique exclusivement féminine, et se trouve être l’unique femme métisse de son établissement. Une différence que sa mère transforme immédiatement en force : sa couleur doit être une fierté pour ne pas se laisser piétiner par les filles blanches de son entourage. Sans le savoir, elle dessine de fait ce qui fera la force quelques années plus tard de FKA twigs. C’est en effet sa singularité qui lui vaudra d’attiser les regards des professionnels des milieux artistiques, et ce dès ses débuts dans la danse lors de son adolescence, ses professeurs n’hésitant pas à la qualifier d’élève la plus douée de sa promotion au conservatoire.

Ainsi, Tahliah commence en tant que chorégraphe pour de grands noms de la musique à la fin des années 2010. Ed Sheeran, Jessie J, Kylie Minogue sont autant de musiciens prestigieux pour lesquels elle crève l’écran en dansant dans leurs clips. Cependant, ce rapport unidimensionnel à la musique ne lui suffit plus. Elle décide donc d’arrêter de se produire pour ces pop-stars pour qui elle n’était qu’un visage parmi tant d’autres, et se lance dans une carrière solo en signant chez le label anglais Young Turks. Elle adopte alors le pseudonyme énigmatique de FKA twigs. Bien que le « twigs » fasse référence à la manière dont elle fait craquer ses doigts, elle déclare que « fka » n’a pas de signification particulière et s’obstine encore aujourd’hui à lui donner une véritable définition. C’est ce voile de mystère doublé de talents artistiques fabuleux qui contribuera fortement au succès de la jeune Anglaise. Pour autant, est-ce que ce style si cryptique ne peut pas être déchiffré ? C’est ce à quoi nous allons nous risquer tout au long de cet article : proposer une analyse de la musique de FKA twigs de manière à mieux la comprendre.

Une discographie qui se présente comme un modèle d’émancipation sexuelle.

Des débuts placés sous le voile de la pudeur.

La musique de Twigs s’ancre dès ses débuts dans cette quête de la recherche de l’émancipation sexuelle, chose à laquelle l’artiste n’a cessé d’aspirer au cours de sa vie. Cependant, les premiers pas de Tahliah en solo ont été quelque peu timides de ce point de vue.

En effet, on retrouve bien ce thème sur son premier projet EP1, qui nous éclaire très bien sur la façon dont FKA se positionnait quant à sa sexualité lors de cette période.

Ses prestations vocales restent très sobres: pas de grandes envolées lyriques ni de fantaisie. Les beats, assurées exclusivement par le producteur Tic, suivent également cette envie de conserver une certaine intimité, comme en témoigne l’esthétique quasi minimaliste d’EP1.

Your love

Make my night go boom

That’s why I need you

Ache, EP1 (2012)

Les quatre titres du projet font tous allusion à la vie sexuelle de Twigs, mais ses lyrics restent suffisamment vagues pour ne pas aboutir à une description trop crue de ses ébats. Cela aurait pu tristement lui valoir de se retrouver injustement cataloguée comme une artiste hot, sans aucune pudeur. Paradoxalement, ses clips sont beaucoup plus évocateurs mais gardent un caractère poétique que l’on peut constater en visionnant celui de Hide, morceau qui vient conclure ce premier EP incontestablement réussi.

La parution d‘EP2 en 2013 marque le début d’un changement pour la musique de Twigs. Les productions commencent à se libérer, à prendre plus d’espace. On quitte alors la retenue d’EP1 pour un univers plus éloquent en matière d’émotions. Ce tournant s’explique par la rencontre entre Tahliah et l’artiste vénézuélienne Arca qui signe l’intégralité des beats du projet. Cette dernière est en effet l’un des exemples les plus parlants d’affranchissement dans l’industrie musicale: une homosexualité affichée fièrement dès ses débuts dans la musique en a fait l’une des porte-étendards de la communauté LGBTQ.

Nul doute que cela a aidé FKA à affirmer son souhait de faire de sa musique le reflet de sa vie sexuelle, d’autant plus que l’on retrouve également Arca à l’écriture d’EP2. Ses intentions deviennent plus claires que sur son opus précédent, bien que l’on sente encore une certaine gêne à l’évocation de ce sujet comme le montre les phrases de How’s That, suffisamment explicites pour que l’on comprenne où elle désire en venir sans que cela ne soit borderline.

I want you

In my…

I want you

On my..

How’s That, EP2 (2013)

Cependant, FKA twigs va vite montrer que ces EP n’étaient que des échauffements avant de s’affirmer pleinement à travers un format plus long.

Des albums qui embrassent l’idée d’émancipation sexuelle.

FKA twigs n’aurait pu rêver mieux pour un premier album: acclamé par la critique, porté par les auditeurs comme le meilleur projet de l’année 2014, LP1 avait inscrit Tahliah dans la légende.

LP1 artwork by FKA Twigs, Jesse Kanda and Phil Lee

L’aspect production opère un virage à 180° par rapport à ce qui était fait sur les EP. Effectivement, les beats divergent des précédents: ils savent exploser quand il le faut et font dans la retenue lorsque cela est nécessaire. On peut prendre en exemple Numbers qui commence avec peu d’éléments pour laisser place à un véritable feu d’artifice au moment du refrain. Contrairement à bon nombre d’albums, ces changements d’intensité ne sont jamais artificiels et servent toujours la voix et les lyrics de Twigs. Tout ceci est permis par la présence de cracks à la production : Arca, Sampha, Devonté Hynes, Emile Haynie,…

Cet univers musical permet à FKA de s’approprier sa vie sexuelle, non pas en la domptant, mais en faisant preuve de rationalité à son égard : elle en exalte les bons cotés et accepte ses conséquences négatives. « I love another, and thus I hate myself », tel est le sous-titre de LP1.

L’album nous transporte ainsi à travers différents états de la vie sexuelle de Tahliah. Elle commence en nous exposant ses ébats comme une sorte de jeu entre elle, les hommes ainsi que leurs amantes sur Lights On, pour en faire ensuite une arme avec Two Weeks. L’époque des débuts timides d’EP1 semble alors très loin.

Feel your body closing, I can rip it open

Suck me up, I’m healing for the shit you’re dealing

Smoke on your skin to get those pretty eyes rolling

My thighs are apart for when you’re ready to breathe in

Suck me up, I’m healing for the shit you’re dealing

High motherfucker, get your mouth open, you know you’re mine

Two Weeks, LP1 (2014)

LP1 était un vrai tour de force, et il semblait presque impossible de voir Twigs atteindre à nouveau ce niveau de virtuosité, et encore moins de le dépasser. Pourtant, la sortie de son second album Magdalene qui survient après cinq années de silence, entrecoupées d’un EP M3LL115X paru en 2015 (sur lequel nous reviendrons plus tard), a montré qu’il n’en était rien. FKA ne s’est pas contentée de composer un nouveau chef-d’oeuvre, elle nous a également livré son meilleur opus en date et assurément l’un des albums les plus importants de la décennie 2010s.

Magdalene artwork by Matthew Stone, Matthew Jospehs and Brodie Kaman

Pour comprendre Magdalene, il faut avant tout revenir sur le sens de ce titre. Marie de Magdala est, dans les Évangiles, une disciple de Jésus qu’elle suit jusqu’à sa mort. En raison d’une certaine interprétation du texte sacré par le pape Grégoire 1er en 581, elle fut pendant longtemps dépeinte comme une prostitué , une figure éloignée de l’innocence qu’elle était censée incarner. En somme, elle fait ressortir deux aspects de la femme: la pureté ainsi que son côté sulfureux, deux traits diamétralement opposés. En faisant de ce personnage le nom de son album, FKA nous montre qu’elle a, dans une certaine mesure, accompli sa quête d’émancipation sexuelle en devenant Marie de Magdala, première femme à avoir pris conscience du pouvoir que lui octroie sa féminité.

Madeleine repentante, Le Caravage (1593-1594)

The virgin and the whore, and how Magdalene to me represents both of those things as an archetype. As a woman, I can be, innocent and pure and fresh, and I can also be, dangerous and all-knowing and seductive and powerful, and these things can happen at the same time. In modern-day society, women are often put in a position where we have to choose one, and that’s a shame. We’re the most powerful women, we can be both.

FKA Twigs pour BBC Radio 1 (FKA Twigs Live at Maida Vale)

Magdalene vient donc clore le chemin vers l’émancipation sexuelle de Twigs. Jamais elle n’aura semblé plus forte que sur ce chef d’oeuvre dont chaque note est pensée au millimètre près, en témoigne mary magdalene, le morceau clef de l’album. Au rythme du piano de Nicolas Jaar et des drums de Noah Goldstein, Tahliah scande un véritable hymne à la liberté féminine en explorant les différentes facettes de la disciple du Christ.

A woman’s hands

So dark and provocative

A nurturing breath that could stroke you

Divine confidence

A woman’s war

Unoccupied history

True nature won’t search to destroy

If it doesn’t make sense

mary magdalene, Magdalene (2019)

Un tel changement n’aurait pu être mieux dépeint en concert que par l’appropriation par Twigs du pole dance. Elle utilise en effet une barre sur scène pour s’envoler au gré des morceaux avec une grâce infinie. En s’accaparant cette discipline tant ralliée pour son aspect obscène, elle l’élève au rang d’art noble et achève de fait sa libération sexuelle.

Toutefois, une telle émancipation n’aurait pu être possible sans que FKA twigs n’ait à changer son rapport aux hommes qui l’a longtemps entravé dans sa quête.

Une libération sexuelle qui ne peut sans transformer son rapport aux hommes.

Un cercle relationnel vicieux s’installe entre FKA twigs et ses partenaires.

Pendant une grande partie de sa vie, FKA twigs a vécu dans l’ombre des hommes la conduisant ainsi à être à la merci de leurs décisions. En effet, elle instaure dès EP1 un rapport de force à l’avantage de la gent masculine en nous chantant qu’elle vit dans l’attente du retour de ses amants. Rongée par cette attente, elle se retrouve impuissante face à leurs choix. C’est pourquoi l’EP s’ouvre sur Weak Spot qui décrit cette dominance qui la hantera au cours de longues années.

En outre, Twigs nous explique que la seule chose que les hommes cherchent avec elle se trouve être le rapport charnel. Elle est de fait emprisonnée dans un cercle relationnel très vicieux: elle tombe amoureuse d’un garçon, n’a d’yeux que pour lui alors que ce dernier la désire uniquement physiquement. Quand il se laisse d’elle, il s’en sépare tandis qu’elle passera le reste de son temps à l’attendre…jusqu’à ce qu’elle rencontre quelqu’un d’autre.

He won’t make love to me now

Not now I’ve set the fee

He said it’s too much in pound

I guess I’m stuck with me

Water Me, EP2 (2013)

Nous l’avons précédemment, la parution de LP1 marque un tournant en nous présentant une FKA pleine d’assurance. Néanmoins, sa relation aux hommes demeure complexe comme en atteste la construction de l’album. Elle pense initialement pouvoir renverser les rapports de force, mais reste prisonnière de son chagrin face à ces multiples déceptions amoureuses. Twigs finit par accepter ces défaites incessantes avec Kicks sur lequel elle déclare qu’elle ne pourra jamais être servie aussi bien que par elle même, tant du point de vue de l’accompagnement mental…que du sexe!

Cependant, il est impossible pour elle de se défaire à jamais des histoires de coeur, car elles constituent le moteur même de son inspiration, ses projets étant composés au gré de ses différentes ruptures. Elle décrira ainsi M3LL115X comme le résultat de toutes ces expériences négatives mises à profit pour écrire cet EP.

M3LL155X artwork by Matthew Stone

Rien de mieux pour comprendre la manière dont elle perçoit ses relations avec les hommes que le morceau Good To Love paru en 2016. Elle y décrit à la perfection les deux forces opposées qui la tiraillent: une qui lui indique de repartir dans une histoire d’amour malgré ses échecs passés et une autre qui lui explique le contraire.

Une catharsis sur fond musical lui permet de s’extirper de ce rapport toxique aux hommes.

Magdalene nous montre néanmoins qu’elle ne succombera jamais au désespoir amoureux. Pensé comme l’exorcisation de sa relation avec l’acteur Robert Pattinson, ce chef d’oeuvre permet à FKA twigs de transformer son rapport aux hommes. Elle ne vit plus dans leur ombre, s’affirme en tant que femme à travers l’adoption de la figure de Marie de Magdala et s’extirpe enfin de ce cauchemar relationnel. Tout ceci est rendu possible par la manière dont est réfléchi l’album qui, contrairement aux anciens projets de l’Anglaise, ne s’articule pas autour de la conquête d’amours déchus. Dès l’introduction thousand eyes, Twigs nous éclaire sur son sujet : analyser les raisons de la fin de sa vie avec Pattinson pour mieux la comprendre. On voyage donc au fil des pistes de Magdalene à travers les différents états d’âme qu’a rencontrés Tahliah après cette rupture. On y constate ainsi qu’elle s’est questionnée sur un possible recommencement de cette relation (sad day), la recherche d’un nouveau partenaire pour combler le vide laissé par le précédent (holy terrain), la rage qu’elle a ressentie (fallen alien) puis la dépression qui l’a accompagnée (daybed).

Silent are my heart strings

Icy is my body heat, yeah

Lonely is my hoping

Empty is my sweet thing

Aching is my laughter

Busy is my pastor

Telling is my silence

Blurring my horizon

Tired of my resistance

Smothered is my distance, yeah

Careful are my footsteps

Possessive is my daybed

daybed, Magdalene (2019)

Cellophane marque à la fois la fin de Magdalene et celle de cette introspection sur sa relation. Sur une production déchirante de Michael Uzowuru et Jeff Kleinman, FKA twigs s’adresse une dernière fois à Robert Pattinson en se remémorant les bons souvenirs comme les mauvais (les remarques racistes qu’elle a subies par la fan base de l’acteur de Twilight…), avant de les renfermer à jamais dans leur cellophane. C’est par cette catharsis renversante que Twigs parvient à dépasser ses craintes et à devenir une nouvelle femme, plus forte que jamais.

FKA twigs est, à bien des égards, une artiste hors normes. En seulement huit ans de carrière, elle s’est imposée comme l’une des musiciennes les plus talentueuses de sa génération. Chacun de ses projets dispose d’une ambiance qui lui est propre, tout en gardant ce qui fait la « FKA twigs touch » : la puissance émotionnelle extrêmement forte qui se dégage dès qu’elle effleure un micro. En outre, elle a su renouveler son style au fil des années en travaillant avec divers producteurs tous plus brillants les uns que les autres ayant parfaitement saisi ce qui faisait l’essence de son art. Au delà d’être une virtuose, FKA twigs est une artiste qui apparaît nécessaire au regard du monde dans lequel nous vivons. Nous l’avons vu, sa musique s’axe autour de la libération sexuelle d’une femme qui doit parvenir à s’affranchir des dogmes que lui impose la société. En ce sens, on peut considérer la discographie de Tahliah comme une épopée féministe. Elle débute en la décrivant sous les traits d’une femme fragile, peu sûre d’elle et qui se retrouve en permanence à la merci des hommes qu’elle côtoie. Mais au fil des années, elle réussit à s’affirmer et à ne plus avoir honte de ce qu’elle aspire à être en reversant ce lien malsain qui la relie à la gent masculine. De ce fait, elle devient la femme libérée que sa mère a toujours voulu qu’elle soit lorsqu’elle était enfant. Elle en fait même un modèle universel, qui trouve par ailleurs une résonance particulière dans un monde où la voix féministe peine à se faire entendre. Merci FKA twigs d’être si incroyable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s