Sahbabii – Barnacles

And this shit goin’ barnacles, n***a

Don Quan Intro, Squidtastic

Si la fin de l’été 2018 devait être un album, elle aurait sans nul doute été Squidtastic. La deuxième mixtape de Sahbabii proposait une ambiance estivale parfaite pour la meilleure saison de l’année et était une nouvelle preuve du génie du natif de Chicago. Révélé par sa mixtape S.A.N.D.A.S. (2017), Sahbabii s’est très vite retrouvé en tête de la liste des jeunes rookies du rap US à surveiller de près.

C’est donc sans surprise que sa troisième mixtape Barnacles, annoncée dès l’introduction de Squidtastic, a suscité une attente particulière de la part de ses fans. Après presque deux années de teasing incessant, le dernier né de Sah nous est enfin parvenu aux oreilles en ce début d’été 2020 et nous a séduits de bout en bout. Barnacles s’impose d’ores et déjà comme l’un des meilleurs projets de 2020, et même comme le meilleur LP de Sahbabii.

La première chose qui nous frappe en lançant l’album est le travail d’orfèvre accordé aux productions. Dès l’introduction, on se sent immergé dans l’univers de Sahbabii où se mêlent soleil, sexe et good vibes. En outre, le mixage son exemplaire de la tape rend l’ensemble des beats organiques: il suffit de fermer les yeux en les écoutant pour se retrouver sur une île paradisiaque en plein été. Ceci est d’autant plus bluffant lorsque l’on se penche sur les producteurs crédités sur la mixtape. A l’exception de Based TJ (Racist) qui travaille avec lui depuis S.A.N.D.A.S., le reste des beatmakers n’avait jamais oeuvré pour Sah et quasiment tous les morceaux sont signés par une personne différente! Quand on voit à quel point les productions de l’album sont homogènes tant du point de vue de la qualité que des ambiances, on ne peut s’empêcher d’applaudir le travail des producteurs ainsi que celui de Sah et de son équipe qui ont su s’entourer des bonnes personnes.

On trouve ainsi de nombreuses pépites sur Barnacles. Le sublime piano de Racist, le beat hypnotisant de Pregnant, … Mention spéciale à la flûte de Purple Umbrella qui nous prouve que l’on peut encore faire des productions intéressantes avec cet instrument en 2020.

La magie des beats n’aurait pu véritablement prendre sans le delivery incroyable de Sahbabii. C’est simple, tout semble si facile sur lui. Il aborde chaque production de la meilleure manière qu’il soit pour délivrer à chaque morceau une prestation mémorable. De plus, il parvient en 16 pistes à nous démontrer l’étendue de sa palette franchement impressionnante. On passe ainsi d’un flow nonchalant maitrisé sur 100 Round Drum à un Sahbabii déchaîné sur Pregnant. La sobriété est également de mise sur Barnacles, Sah sachant quand laisser plus de place à l’émotion comme il nous le montre sur Hey Mr. qui clôture la mixtape et qui s’affirme déjà comme l’un de ses meilleurs morceaux en carrière.

Sahbabii ne s’est cependant pas contenté de se faire plaisir sur son delivery. Effectivement, on sent qu’il s’est amusé à écrire chaque morceau de l’album. Inutile de chercher des lines très techniques sur Barnacles car ce qui fait le charme de son écriture, ce sont ses images bien trouvées qui rendent les lyrics de l’album si jouissifs. De fait, on retrouve les métaphores sexuelles chères à notre artiste (Giraffes & Elephant, dans son entièreté, est assez dingue dans ce registre.):

She get the dick hard like a popsicle

Babygirl, suck on this popdickle

Redhead bitch, call her Devil Head

That pussy gooey like deviled eggs

Tongue Demon

His bitch in the car with her head down, but she not textin’ (Wow)

711

D’autres analogies bien pensées font référence à son mode de vie ainsi qu’à son passif dans la rue:

My pockets pregnant

Pregnant, pregnant, pregnant, yeah (Yeah)

Nut in her mouth, got her tongue pregnant

New opp pack, it’s a smoke session

I fire with the gun, fuck that tongue wrestle

Get on your knees, let this gun bless you

They throwin’ salt, we made a lot of pretzels, ooh

Pregnant

Like we makin’ a pizza, gon’ juice the tomato

I was takin’ they butter with a big ass potato

My n***a got famous off rappin’ ’bout Dracos

Cheese ain’t the same, made ’em pass the Doritos

Run through they block, they smoking, yeah, C4s

Know I’m the shit, I’m not scared to treat hoes

We got different guns like I put in the cheat codes

Geico

Comme si cela ne suffisait pas, Sahbabii s’est également payé le luxe de nous offrir trois des meilleurs clips de l’année pour Tongue Demons, Ready To Eat et Double Dick. Enorme coup de coeur pour ce dernier et son côté « artisanal » dû à l’arrêt prématuré du tournage par la police.

Il est difficile de dire ce que Sahbabii aurait pu faire de mieux sur Barnacles. Tout y a été mené à la perfection, que ce soit les productions, le mix, le delivery, les lyrics, les clips ou encore la période de sortie qui n’aurait pu être plus pertinente. J’ai beau avoir écouté la mixtape plus d’une vingtaine de fois, je découvre de nouvelles choses à chaque écoute. Barnacles est à la fois un projet exemplaire et un moment phare de l’année 2020 du rap US. Inutile de dire qu’il restera longtemps dans les mémoires.

Note : 4.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s