The Price of Tea in China (Deluxe)

Depuis sa sortie, cette nouvelle collaboration entre le rappeur de Detroit, Boldy James, et l’iconique producteur, Alchemist, est incontestablement un de nos gros coups de cœur de l’année rap 2020. Malheureusement, le site n’existant pas encore à l’époque, nous n’avions pas eu l’occasion de review ce très beau projet. Fort heureusement, le duo vient de dévoiler, pour notre plus grand bonheur, une version deluxe de « The Price of Tea in China » , une excuse donc parfaite pour enfin pouvoir faire la critique de l’album.

Boldy James fut l’un des gangsta rappers les plus intéressants à suivre durant la dernière décennie. Fortement méconnu du grand public malgré plusieurs placements intéressants, il s’est longtemps cherché une identité musicale afin de pouvoir délivrer de la meilleure des manières son coke rap. Après une période trap, plus ou moins mitigée, Boldy est revenu aux bases en retrouvant le grand Alchemist avec qui il excelle sur des registres Boom Bap. La hype était logiquement au rendez-vous au sein de l’underground US.

Avec cette version Deluxe, on se retrouve avec un projet 16 titres duquel se détache relativement bien une atmosphère globale. Peut-être pourrions nous séparer cette ambiance générale en deux thématiques qui traversent l’album du début à la fin :

  • Sans surprise l’aspect très gangsta / sombre s’invite sur bien des morceaux tels que « Giant Slide » , « Scrape the Bowl » , « Bernadines » …
  • Mais on retrouve également une forte dimension nostalgique que ça soit par le biais des samples / productions ou encore des excellents storytellings de Boldy. Les titres partageant cette ambiance ne sont pas rares : « Surf & Turf » , « Grey October » , « Phone Bill » …

En plus de s’avérer consistant, cet album peut se vanter de posséder un casting remarquable au niveau des guests : Vince Staples et son verse totalement cohérent à l’univers du track, Benny The Butcher dans une démonstration de coke rap, le grand Freddie Gibbs toujours à son aise avec Alchemist, Evidence également de la partie et enfin les nouveaux noms, ajoutés via la version Deluxe, que sont Chuck Inglish, le cousin de Boldy, Elcamino, Sir Michael Rocks

Le duo ne fait clairement pas que s’offrir une liste de gros noms à travers ce projet, Alchemist réalise un travail exceptionnel afin de toujours proposer une vibe cohérente selon le guest et, en plus, tout en préservant l’atmosphère globale de l’album. Les transitions d’ambiance sont toujours remarquablement amenés par des mini skit à la fin des titres comme, par exemple, des extraits de flashnews évoquant des crimes commis à Detroit.

Il a été possible de constater la progression de Boldy de nombreuses fois à travers ses divers projets mais avec The Price of Tea in China, on assiste pour moi à un véritable changement de statut. La facilité avec laquelle il découpe les productions est franchement déconcertante, son aisance à s’adapter aux changements de rythmes imposés par les beats m’épate un peu plus à chaque écoute. On en arrive même à des cas extrêmes tel que « Speed Demon Freestyle » où le rappeur de Detroit semble lui-même donner le rythme à une production devant s’adapter à son flow. Toujours un plaisir également de le voir littéralement s’amuser avec les samples comme s’il s’agissait d’une véritable collaboration à l’image de « Run-Ins » .

Cette ambiance résolument sombre est entièrement assumée que ça soit sur le plan des visuels ou à travers l’aspect lyrical. Les clips nous plongent toujours dans des univers très lugubres / nocturnes, la DA reste systématiquement cohérente à ce niveau. Sur le plan des thèmes abordés par Boldy James, ce dernier nous fait comprendre dès l’introduction que son dur background dessinera partiellement les couleurs de cet album :

My friends came and went, but most of them was murder victims

Dead before 20 or caught a frame and had to serve a sentence

Free my nigga Raymond, realest nigga from the Murder Mitten

Stood tall, hit a nigga for ten thirty-sixes

All he wanted to do was ball, and spread the rock around

Le street lifestyle qu’a adopté fièrement Boldy durant l’immense majorité de sa vie est régulièrement exposé à travers les morceaux, « Surf & Turf » ou encore « Scrape The Bowl » en sont de véritables témoignages :

Slums of Detroit, drugs from the port, plugged with the source

Gun in my shorts, blood was the sport

Jumped from the porch, hung like a horse, Ones with the Force

Drunk in a Porsche, trunk full of corpse

They say I got a morbid sense of humor, but that made me smile

Shout out to my shooter, when he drill you, that’s a flagrant foul

Obligatoire, à mes yeux, de s’arrêter un instant sur la merveilleuse masterpiece qu’est « Grey October » . Un morceau qui porte incroyablement bien son nom, un gigantesque parfum de nostalgie s’en dégage. Le genre de morceau ayant la capacité de nous rendre pensifs en l’espace de 10 secondes. Alchemist reste ni plus ni moins un génie pour mettre au monde des mélodies aussi profondes mais il faut aussi saluer les très bons taff d’adaptation de la part de Boldy & Evidence.

All of this murder on my mind, it’s hard to face it sober

On the hunt for Grey October

Le delivery le plus poignant de la part du OG de Detroit reste le récit de ses souvenirs, ou plutôt ses traumatismes, vécus dans la rue, sur l’outro « Phone Bill » . Un état d’esprit qui suffit pleinement à justifier la couleur musicale très grisâtre du projet.

Lost Slick, lost Tune, that’s a double pain

Glass blocks in them visit rooms through that double pane

When Vito died, it’s like nobody could feel double pain

But our brother James, let see the world, we got so much to gain

The game done took so much from us, thought the hood loved us

Alors qu’on pensait que le duo en avait fini avec nous pour 2020, voilà qu’ils en remettent une couche et de fort belle manière. Au delà de ma forte compassion pour cet album, cette version Deluxe devrait pour moi servir d’exemple au sein de l’industrie rap actuelle. « Seulement » quatre tires ajoutés mais quatre excellents morceaux qui sont, de plus, totalement cohérents avec le projet initial. Ainsi, on a pas spécialement cette sensation de basculer dans une partie « bonus » à partir de la treizième piste du projet, l’enchaînement est vraiment naturel.

Alchemist & Boldy nous amènent de nouveaux dans les ruelles les plus sombre de Detroit par le biais de petites dingueries telles que « Belvedere » ou bien « Bernadines » . Une priorité à la qualité qui se révèle toujours savoureuse à une époque où la quantité prime généralement.

Murder is a tough thing to digest

It’s a slow process, so before you take cuts in that line

Là encore la cohérence s’étend jusqu’à l’aspect visuel avec un clip qui pue le gangsta rap à plein nez.

Avec cette version Deluxe de « The Price of Tea in China » , le duo Alchemist / Boldy James conforte un peu plus la place de leur album dans le top du top des sorties rap de 2020. L’alchimie entre les deux semble être à son prime, à tel point qu’il m’est sincèrement très difficile de trouver des points à reprocher à travers ce projet. La doublette réalise la meilleure promo possible pour l’album en proposant une forte activité chacun de leurs côtés. Alchemist a également drop les excellents « LuLu » , avec Conway, et « Alfredo » en collaboration avec Freddie Gibbs. Boldy sortira, pour sa part, un nouvel album le 22 juillet intitulé « Manger on McNichols » aux côtés de Sterling Toles et devrait prochainement officialiser sa signature chez Griselda Records. On tient donc tout simplement deux des grands acteurs rap de 2020 avec une collaboration de prestige pour marquer le coup.

Note : 4.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s