Westside Gunn – Flygod Is An Awesome God II

Un peu moins de trois mois après son dernier album très médiatisé « Pray For Paris », Westside Gunn nous revient avec la suite de « Flygod Is An Awesome God » , projet paru l’année dernière.

L’annonce soudaine de la sortie de ce projet fut une assez forte surprise pour la fanbase de Griselda. Il ne s’agissait clairement pas du projet le plus attendu, seulement un an après la sortie du premier. Flygod Is An Awesome God semblait plutôt être un album « unique » , rien ne laissait particulièrement présager une suite. Mais voilà, le génie de Buffalo est un homme qui marche au feeling.

La tracklist se révèle intéressante au premier coup d’œil, on ressent directement la volonté chez WSG de mettre en avant de nouveaux artistes. Alors certes, on retrouve des noms plus ou moins habituels tels que Benny, Boldy James, Keisha Plum… mais aussi des artistes davantage en développement à l’image du très prometteur Stove God Cook$, que nous retrouvons par trois fois, Armani Caesar, la dernière signature de Griselda Records, ou encore l’excellent, mais trop méconnu, Rome Streetz. Comme souvent, Gunn partage la lumière et met certaines tendances underground du moment en avant.

Plusieurs beaux noms sont à la production de ce projet. Sans surprise, le grand Daringer est de la partie, Conductor Williams se distingue également de fort belle manière tout comme le très bon Sadhugold… Petite fierté avec la présence du français Tarik Azzouz sur le beat de « Jose Canseco » . Sur l’aspect production, FIAAG 2 est un projet solide. Les samples apportent efficacement une petite dose de nostalgie qui donne une dimension supérieure à des morceaux tels que « One More Hit » ou « Buffs vs. Wires » . Si vous êtes plutôt consommateurs de mélodies apaisantes, vous trouverez votre bonheur avec l’excellent Jazz Rap de « Bubba Chuck » ou l’ambiance gangsta love du titre « Drive by Love ».

I fell in love when you cooked that brick naked (When you cooked that brick naked)

Dès le premier « vrai titre » du projet, « Michael Irvin » , le vrai FLYGOD à l’ego inégalable est de retour sur un beat hypnotique.

FLYGOD, everybody wanna be like him

You want my autograph, kiss my hand, I’m your highness (I’m your highness)

Étant très fan du rookie Stove God Cook$ qui réalise une entrée démonstrative dans l’underground cette année, ma surprise fut immense de le retrouver trois fois sur un projet de Westside Gunn. On pourrait presque se demander s’il n’y a pas une volonté précise derrière ça, une signature chez Griselda ? Peu probable à l’heure actuelle. En tout cas, c’est un réel plaisir de voir ces deux là collaborer, Stove God a déjà prouvé une certaine polyvalence, qui lui permet aussi bien de kicker que de pousser la chansonnette sur des refrains, pouvant rappeler les débuts du OG de Buffalo… Certains fans auraient préféré voir des noms plus traditionnels comme Conway mais il serait sévère d’en venir à reprocher la présence du dernier protégé de Roc Marciano. Il adopte même parfois « l’esprit FLYGOD » sur le projet, on valide l’initiative à 200%.

Stove Jesus, I was cookin’ for three days

And then it rose up out the pot, Hov was on the box (Woo)

« D’evils », verse two, shit touched my soul, I had to stop (I had to stop)

La première prestation de la nouvelle signature, Armani Caesar, sur un projet Griselda était très attendue. Là encore, pas de déception, bien au contraire. Pour marquer le coup, une pure production de Coke Rap permettant la plus belle introduction possible de la rappeuse à l’univers Griselda. Tout en gardant sa propre line, elle semble prendre tout doucement un virage boom bap bien appréciable. J’ai notamment bien aimé son charisme au mic.

Au passage, rassurez-vous, Gunn nous rappelle dans ce morceau son éternel côté hypebeast :

Ayo, Comme des Garçons the only heart I got (Ah)

Glock in the Denim Tears, eight ball in my sock

I had no fear, I’m the illest nigga ever walked in Cactus Plant Flea Market

On retrouve également quelques références aux événements récents qui ont secoué le monde dans son quasi entièreté. Le titre de l’interlude « FCK the Police skit » est assez évocateur sans oublier quelques phases habilement placés comme sur « Rebirth » :

Fuck the cops, you niggas failures (Fuck the police), funerals to sing to Hell

Globalement, le projet est solide mais les skits sont trop nombreux et surtout, parfois, trop longs. Ce point regrettable a malheureusement tendance à casser le rythme du projet qui aurait pourtant pu être remarquable sans ces coupures régulières. Westside Gunn se montre plutôt en bonne forme à travers ce projet sans pour autant impressionner.

La volonté de mettre de nouveaux noms en avant est louable, difficile cependant de faire abstraction sur les côtés bâclés de quelques aspects du projet. Ce n’est néanmoins pas « Flygod Is An Awesome God II » qui viendra nuire à la célèbre régularité de Westside Gunn bien au contraire. Malgré sa conception précipitée, c’est encore une œuvre solide qui vient s’ajouter à la belle discographie du rappeur de Buffalo. Un projet qui sera suivi d’un nouvel album le mois prochain, Gunn en fait lui-même l’annonce dans le morceau :

Who made the sun shine? (Who made the sun shine? You know what I’m sayin’)

Next thing you know, we dip from one time (Ah)

Note : 3.5 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s