Meyhem Lauren & Harry Fraud – Glass 2.0

Deux ans après un premier volume de qualité, le rappeur du Queens & le producteur originaire de Brooklyn refont équipe pour « Glass 2.0 » . Un retour du duo qui fait sens dans une période où la scène hardcore hip-hop retrouve une visibilité de plus en plus conséquente.

De la même manière que son prédécesseur, Glass 2.0 prône avant tout l’efficacité avec neuf titres pour 25 minutes de musique. Ce format permet une fluidité idéale entre les tracks et, ne gardons pas le suspense plus longtemps, une consistance remarquable sur toute la longueur du projet. Jamais trop longs, les morceaux mettent parfaitement en valeur le delivery si appréciable de Meyhem Lauren. Aussi bien à l’aise en pratiquant un débit très intense qu’en posant un peu plus les choses, la performance technique du rappeur de NY ne déçoit en aucun point dans ce nouveau chapitre.

Mais venons-en à notre plus grande satisfaction du projet : Harry Fraud. Il s’agit, à mes yeux, de son meilleur travail de production sur un projet depuis une bonne poignée d’années. Le new-yorkais a plus que jamais le sens du détail dans cet album en prenant bien souvent le soin d’ajouter une petite touche hypnotique, à ses productions, qui vient se juxtaposer de fort belle manière au flow plus terre à terre de Meyhem. On ressent notamment cette fusion savoureuse dans l’excellent titre « Root Of Evil » . Que dire également de la pertinence du choix des samples qui ne viennent en aucun cas faire de la simple figuration sur le projet. Ils offrent un peu plus de profondeur à l’image de « Bail Money » mais permettent aussi de faire ingénieusement respirer le track comme sur le céleste « Brunch at the Breakers » .

Enfin, Harry Fraud expose brillamment sa polyvalence sur tout le long du projet avec certaines sonorités qualifiables d’hypnotiques / planantes, d’autres davantage dans la tradition hardcore hip-hop avec un doux parfum d’ambiance mafioso comme nous pouvons l’entendre sur « Steamed Monkfish » . Le natif de Brooklyn joue également beaucoup sur les émotions à travers cet album, en témoigne l’ambiance ouvertement mélancolique de l’outro « Jarlsberg » .

Revenons-en à notre OG du Queens. Je valide grandement l’effort du rappeur sur les refrains de ce projet, certains ressortent très bien et parviennent à rester en tête au bout de quelques écoutes. Le hook de « Bail Money » est probablement l’exemple le plus criant à ce niveau, la volonté de célébrer s’avère fortement communicative :

My n***a just came home

My n***a just came home

Celebrate n***a celebrate

Celebrate n***a celebrate

Meyhem Lauren ne manque pas non plus, à travers différents morceaux du projet, de nous rappeler son amour éternel pour le Queens.

Queens is the capital

Queens till my death day

Le reste du temps, le MC nous régale avec des lines de OG et de multiples références au lifestyle d’un gangster opérant dans un hood new-yorkais.

Rolexes rolexes

Hold Heachler’s

Gold necklace

So reckless

It’s nothing to make your head bleed

Hit a n***a with the toast make the lead feed

Wet em like the beds peed

Living on the edge need everything i rap about

Avec ce nouvel album, Meyhem Lauren & Harry Fraud réalisent un véritable coup de maître. Le premier pourra probablement se vanter, à la fin de l’année, d’avoir drop l’un des albums hardcore hip-hop les plus efficaces de tout NY tandis que le second se montre en état de grâce avant la sortie prochaine de son projet avec Benny The Butcher. Glass 2.0 est incontestablement une pépite underground de 2020.

Note : 4 sur 5.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s